C’est en novembre dernier que Charlène de Monaco a été admise dans un centre spécialisé, à l’étranger, sans doute en Suisse. Officiellement, pour épuisement moral et physique. Une autre piste est évoquée par un magazine allemand.

Il s’agit du magazine Sieben Tage, qui offre sa Une à l’épouse du prince Albert de Monaco qui affirme celle-ci soignée à la clinique spécialisée Kusnacht Practice, l’un des établissements les plus réputés du monde pour terrasser les addictions, les troubles alimentaires, et la dépression. Le traitement coûterait 130 000 euros par semaine.

Un communiqué du Palais a confirmé que l’état de santé de Charlène de Monaco a assuré que la princesse est sur la voie du rétablissement. « Cependant, la vraie raison pour laquelle la maman de Jacques et Gabriella est hospitalisée loin de Monaco demeure « secrète ».

Et son hospitalisation devrait durer encore quelques mois, le temps que la première dame se rétablisse définitivement.

Mais entre les lignes, si l’« épuisement physique et émotionnel profond », est rappelé, le magazine allemand évoque une autre éventualité, celle d’une dépendance à l’alcool, une addiction aussi soignée dans cet établissement réputé.
Une piste peu plausible.

Le magazine Voici de son côté évoque une dépendance à un « dangereux cocktail de somnifères », et aux antalgiques. Charlène de Monaco aurait durant des années composé avec des douleurs provoquées par une vieille blessure qu’elle aurait contractée pendant ses années de sportive de haut niveau.

Nous lui souhaitons un prompt rétablissement !