Si Charlotte Casiraghi préfère passer du temps à Paris avec Dimitri Rassam, son mari, c’est espérer un relatif anonymat. Sur le Rocher la pression serait trop fort. Ce serait pour sa santé mentale.

Et aucun membre de la famille princière de Monaco ne serait à l’abri, bien avant Charlène de Monaco aux prises avec une intense fatigue psychologique, il y avait Stéphanie de Monaco, et la princesse Grace.

Cette dernière était aux prises avec une grave dépression, a fait savoir Joel Stratte-McClure, journaliste ayant officié dans les rédactions du Herald Tribune, du Time Magazine et de People.

Il prend la parole dans les colonnes de Page Six, la page ragots du New York Post.

Il explique que la grand-mère de Charlotte Casiraghi a été « victime d’une terrible dépression durant les premières années de son mariage, comparable à ce que traverse Charlène aujourd’hui. ».

Pour sa santé mentale, la femme de Dimitri Rassam préférerait fuir la principauté. Avant son mariage, elle s’était installée quelques mois en Italie.

C’était du temps de sa relation avec le réalisateur Lamberto Sanfelice, qui aurait brièvement remplacé dans son cœur Gad Elmaleh.