La Première ministre Elisabeth Borne a annoncé une nouvelle prime anti-inflation le mardi 7 mai, qui entrera en vigueur au début de l’année scolaire. Ce nouveau montant sera alloué aux familles les plus modestes et devrait aider les familles les plus vulnérables sur le plan financier.

Elisabeth Borne a annoncé mardi 7 mai une nouvelle aide en faveur de la France contre l’inflation. La récompense d’urgence cible une certaine catégorie de personnes. Découvrez si vous êtes l’un d’eux.
La Première ministre Elisabeth Borne, dans une interview avec les médias France Blue sur Ma France, a annoncé la création d’un bon alimentaire pour les familles les plus difficiles. Le politicien a dit que le projet était une réponse à la fragilité de certains Français.

Nouvelle prime pour faire face à l’inflation

Nous voulons fournir aux Français les plus modestes un bon alimentaire qui sera mis en œuvre dans le cadre de la loi d’urgence sur le pouvoir d’achat. En effet, après avoir été durement touchés par la pandémie de COVID-19, de nombreux Français consomment moins qu’auparavant.

Le gouvernement a donc opté pour une subvention à verser dès le début de l’année scolaire, dans le cadre de l’urgence du pouvoir d’achat, tel qu’annoncé par le nouveau résident de Matignon.

Que représente un bon alimentaire pour la rentrée scolaire?

Maintenant, à la tête du gouvernement d’Emmanuel Macron, Elisabeth Borne a souligné la nécessité pour tous les Français de manger de manière adéquate et meilleure, notamment en mangeant des aliments biologiques, comme elle l’a expliqué à France Blue. Il poursuit son argumentation comme suit:

Par ailleurs, une réflexion est proposée, notamment par la Convention citoyenne sur le climat, pour obtenir un dispositif ciblé permettant à tous les Français d’accéder à des produits bio de qualité, comme l’explique Elizabeth.

Cependant, j’ai également expliqué que l’exercice de ce régime aura lieu en plusieurs étapes. Une telle aide financière dépendrait notamment du nombre d’enfants dans les familles à risque : elle serait versée directement sur le compte bancaire, à la fois, en tenant compte du nombre d’enfants dans la famille normalement.

Pensions, Social Minimum : Elisabeth Borne lâche du lest

Quelques jours avant le premier tour des élections législatives, le Premier ministre a annoncé une augmentation de 4% des pensions en juillet. Les avantages sociaux seront également touchés. Un bon alimentaire sera versé en septembre, avec un article de saine alimentation plus tard.

En temps et lieu. Quelques jours avant le premier tour des élections législatives, alors que le prix de l’essence augmentait de plus de 2 euros le litre, les procédures de la future loi d’urgence sur le pouvoir d’achat se sont précisées. Le texte ne sera soumis au cabinet qu’après les élections, mais il devra ensuite être mis en œuvre très rapidement, à condition que le gouvernement ait une majorité, comme l’a interprété mardi le Premier ministre Elizabeth Borne en France Bleue.

Alors que les sondages se dégradent pour la majorité, le chef du gouvernement a révélé à quel point les retraites promises par Emmanuel Macron lors de la campagne présidentielle seront revalorisées : 4% à partir de juillet.

L’inflation est élevée. Elisabeth Borne a dit : « Nous devons réagir sans délai. Cette procédure est la bienvenue. Un ministre, préoccupé sur le terrain, a dit que les Français étaient au courant des gestes déjà posés par la majorité sur le pouvoir d’achat au cours des cinq années précédentes, mais que nous insistions pour que cela se fasse rapidement.

Mobiliser votre base électorale

Mardi matin, lors du petit déjeuner majoritaire, Elisabeth Borne a insisté pour que les propositions du gouvernement soient mises en avant pour protéger les Français selon ceux qui l’entourent. Avec cette augmentation de 4%, cela est motivé par la mobilisation d’un moulin de candidats majoritaires et se connecter à des électeurs qui se sont déjà tournés vers Emmanuel Macron lors de l’élection présidentielle : des retraités qui ne s’abstiennent pas. Compte tenu de l’augmentation normale de 1,1 % en janvier, l’augmentation globale des pensions sera donc supérieure à 5 %.

Macron consultera les syndicats et les employeurs au Conseil national de rétablissement.

Hôpital : Les urgentologues se mobilisent rapidement pour obtenir de l’aide

Le chiffre de 4% correspond à l’augmentation moyenne des prix prévue par le gouvernement pour l’ensemble de l’année 2022. Selon nos informations, le coût supplémentaire de cette réévaluation anticipée sera d’environ 5 milliards d’euros pour six mois. Cela pourrait se faire en janvier 2023 prolongation si l’inflation en 2022 s’avère plus élevée que prévu. À l’inverse, une réduction des cotisations en juillet en raison de la faible inflation serait plus difficile sur le plan politique.

Les prestations sociales minimales ont également été touchées

En plus des pensions, le minimum social (vieillesse minimale, revenu de solidarité active, allocation aux adultes handicapés, etc.) sera relevé. Selon nos informations, il sera également augmenté au départ de 4%, en plus des prestations sociales telles que les prestations familiales, à un coût supplémentaire d’environ 2 milliards d’euros.

L’augmentation globale sera donc de 5,8 %, puisque ces prestations ont déjà été augmentées de 1,8 % en avril. Pour le gouvernement, cette augmentation de seulement 4 p. 100 est facile à expliquer à la population d’une façon ou d’une autre, comparativement aux diverses augmentations.

Le minimum social sera augmenté de 4% à l’avance, en plus des prestations sociales à un coût supplémentaire de 2 milliards d’euros.

Quant aux allocations de logement (APL), qui ont été sous-évaluées ces dernières années, le gouvernement n’a pas encore pris de décision. La réévaluation annuelle devrait avoir lieu de toute façon en octobre. Les loyers pourraient également être inférieurs à l’indice d’indexation (ou plutôt augmenter le plafond), Elisabeth Borne exprimant sa méfiance à l’égard d’un gel total des loyers.

En ce qui concerne l’essence, elle a confirmé que le rabais de 18 cents serait prolongé au moins jusqu’à la fin de l’été, avant de déménager pour aider les motards lourds.

Enfin, le premier ministre a annoncé qu’un bon alimentaire unique sera versé aux familles à faible revenu au début de l’année scolaire en septembre, directement dans leur compte bancaire, selon le nombre d’enfants à charge. Il s’agira d’un écart dans l’aide alimentaire ponctuelle liée à la COVID-19, qui a été versée deux fois en 2020 aux parents recevant des prestations de RSA et aux moins de 25 ans recevant une aide au logement (à ce moment-là 150 euros par famille, plus 100 euros par enfant).

Les agriculteurs demandent un bon alimentaire permanent
CPME dévoile son dispositif de pouvoir d’achat contre l’inflation.

Elisabeth Borne a expliqué qu’il y aurait deux phases : après une urgence avec l’inflation, on envisage d’acquérir un dispositif cible pour permettre à tous les Français d’accéder à des produits biologiques de haute qualité, a-t-elle dit. La proposition d’un accord citoyen sur le climat a fait l’objet d’un vote sur la loi climatique et la flexibilité l’été dernier, mais n’a pas encore été mise en œuvre.

Marine Le Pen a dit de l’aide à l’inflation qu’elle était représentative. Les Français ne pouvaient pas attendre jusqu’en septembre, ont critiqué le candidat du Parti républicain, et ont critiqué l’élection pour cette annonce. Un conseiller exécutif a dit qu’il était urgent de montrer que nous agissions. Les Français ont de la difficulté à comprendre que tout va s’arrêter parce qu’il y a une période de disponibilité, alors que le gouvernement est nommé depuis deux semaines. Les choses ne s’arrêtent pas. Nous avons dû mettre quelque chose dans l’air et faire campagne.