Cinq ans après la mort de Johnny Hallyday, ses deux plus jeunes filles, Jade et Joy, seront dans une situation moins rose, a déclaré Jean-Claude Camus, ancien producteur de Tullier.

Il s’est exprimé lors d’un entretien avec sudinfo, l’occasion d’évoquer l’exposition consacrée à Tullier, réalisée par Leticia Hallyday. Il sera présenté en fin d’année à Bruxelles et l’année suivante à Paris.

Pour l’occasion, les attentats subis par la personne partageant la vie de Jalil Lispert après la Guerre de l’Héritage ont été appelés.

Il y avait des injustices. Le public a été induit en erreur. Donc, je dis : Non, ses deux autres enfants n’ont pas été déshérités, parce qu’ils ont été beaucoup touchés avant », dit-il à propos de David Halliday et Laura Smit.

Et Johnny pensait, dans sa tête, qu’il fallait assurer l’avenir des deux jeunes enfants qui n’avaient pas encore atteint leur majorité. Et puis il faut préciser que c’est Laeticia qui a hérité de la dette fiscale : 34 millions. Comme par hasard, une fois qu’on a découvert ce qu’il devait, on n’entend plus parler de guerre de succession », explique le producteur.

La jolie blonde qui est actuellement à Paris « se retrouve avec le fardeau des dettes fiscales et personne d’autre ».

« Certainement, elle a vendu la grande maison de Los Angeles et mis en vente la villa de Marnes-la-Coquette. Tout l’argent va au fisc. Leticia et les petits ne vont pas très bien », a-t-il noté.