Conservateurs sur sa vie privée, les médias ont cependant beaucoup à dire sur le quotidien et la carrière de Léa Salamé . Zoom fait partie de sa famille qui a fait fortune.

Léa Salama n’est plus obligée de se présenter, elle est l’une des principales personnalités de la radio et de la télévision françaises. En effet, certains la connaissent peut-être comme journaliste à la matinale de France Inter et d’autres comme co-animatrice d’On est en direct sur France 2. Mais elle est aussi connue pour ses interviews, dont les plus marquantes sont celles qu’elles débouchent sur Les politiciens. On ne peut pas se cacher que Leah Salameh est une professionnelle qui ne laisse personne indifférent.

En l’écoutant, vous serez forcément bondé et deviendrez amateur ou critique. Mais personne ne restera les bras croisés sans adopter une position ferme après ses déclarations. Léa Salama est également capable de bouger et de déranger. Bref, c’est une femme passionnée par son métier et qui sait le faire admirablement. Non seulement elle a des fans, mais elle n’a pas à avoir honte. Mais certains verront d’un mauvais œil la réussite professionnelle de ses oncles. Car ces hommes d’affaires sont de célèbres diamantaires et les riches journalistes ont mauvaise presse auprès des Français.

Léa Salamé Est-elle au sommet d’une petite fortune ?

Il est difficile de parler d’un sujet tabou comme l’argent. Cependant, en tant que femme d’autorité et en tant que femme influente, Leah Salama pourra sans doute trouver intéressant d’évoquer la question de son héritage dans la presse. En fait, nous disant qu’il s’agit principalement de thèmes masculins. Cependant, là encore, il ne s’agit pas directement de l’argent de la journaliste mais plutôt de l’argent de sa famille. Ce sont ces oncles, les frères de sa mère, qui dirigeront avec succès le commerce des diamants. Evidemment, un sujet qui ne manquera pas d’attirer les fans et critiques de Léa Salamé.

Avant de parler en détail de ses oncles, intéressons-nous à la famille du célèbre journaliste. Lea Salameh est la fille de l’ancien ministre libanais de la Culture Ghassan Salamé. Il est également politologue, a été professeur à Sciences Po Paris et l’un des anciens conseillers spéciaux du secrétaire des Nations unies Kofi Annan. Alors que la mère de Léa Salamé, Mary Boghossian, est d’origine arménienne, et est donc la sœur de deux hommes qui ont fait fortune auprès des diamantaires. Oncles du journaliste Jean et Albert Boghossian. Enfin, il sait qu’elle est la compagne de l’écrivain et homme politique Raphael Glucksman, depuis 2016. Le premier enfant est Léa Salamé et le second est avec Raphael Glucksman.

Forcément, indépendamment de ces détails, la vie privée de Léa Salamé était et reste un mystère. C’est parce qu’elle ne veut pas l’annoncer à tout le monde, et d’autre part, parce qu’elle sait faire attention. Cependant, le fait que ses oncles soient riches plaît forcément au public.

Les oncles du journaliste sont en effet riches

une affirmation qui ne devrait pas être entachée de plus de contradictions que cela. Dire que deux hommes à la tête d’une société spécialisée dans les pierres précieuses sont riches ne devrait pas risquer de choquer l’opinion publique. Voici une partie de la success story des oncles de Lia Salama.

La success story de Jean et Albert Boghossian auprès de leurs prédécesseurs débute au début du XXe siècle. Plus précisément lorsque leur famille a déménagé au Liban. C’est à ce moment que vous commencez à échanger des pierres précieuses. Les oncles de Lea Salama appartiennent à la troisième génération de diamantaires de la famille. C’est Albert qui témoigne dans les colonnes d’un journal suisse et qui est une référence en économie.

Avec une moyenne de 500 ventes par jour et des bijoux pouvant atteindre plusieurs millions d’euros, les oncles de Leah Salama sont déjà au sommet d’une fortune impressionnante. Toutefois, cela ne signifie pas que le journaliste lui-même peut bénéficier d’une partie de ce capital.