Manque d’approvisionnement… Les clients de Lidl vont vivre des moments difficiles dans les semaines à venir.

Les clients de Lidl ont été invités à restreindre leurs achats de ce produit particulier en raison d’une pénurie ! Voici toutes les spécificités du début de la récession…

Les gourmets et les curieux ont toujours trouvé leur place chez Lidl. Les promotions sur le thème de la gastronomie mises en place par l’établissement n’y sont pas pour rien.

Souvent, des articles provenant de pays comme l’Asie, l’Italie et la Grèce sont associés à la cuisine française. En France, elle est connue pour sa stratégie de prix. En fait, l’opposition a déjà eu du mal à percer avec ces brillantes manœuvres à de nombreuses reprises. Cependant, la société à l’emblème bleu, jaune et rouge change de stratégie depuis quelque temps déjà. Comment cela ?

Les restrictions à l’achat de produits en rupture de stock ont été critiquées par LIDL.

Les consommateurs n’ont jamais été dissuadés d’acheter en masse, même lorsque les coûts ont augmenté. Dans d’autres cas, les consommateurs s’inquiètent simplement d’une répétition de l’obstruction initiale. Les détaillants sont conscients de ce fait et ont pris des mesures administratives, soutenues cette fois par Lidl. Environ 1 500 établissements auraient commencé à mettre en œuvre les exigences essentielles.

Afin d’empêcher certaines personnes d’acheter des choses sur un coup de tête, ces grandes restrictions ont été mises en place. Les personnes qui font leurs courses chez Lidl France doivent donc respecter des règles alimentaires particulières. L’huile de tournesol, par exemple, en est une bonne illustration. Tout le monde aura l’occasion de mettre la main sur les marchandises disponibles.

Les clients sont rassurés : il s’agit d’une mesure de précaution de la part de la direction de l’entreprise. Les restrictions ne sont pas nécessaires. Les mesures pertinentes sont disponibles sous différentes formes selon le détaillant.

Par exemple, le supermarché Lidl de Perpignan, en France, a établi une liste de marchandises soumises à cette limitation.

Les prix n’ont cessé d’augmenter au fil du temps (même chez LIDL)

Le PDG de Lidl est contraint de procéder à des ajustements de prix. Déjà, l’huile de tournesol se vend à 2,10 euros, au lieu de 1,79 euros. En seulement trois mois, il est possible de réaliser ce genre de gains.

Il a sans doute raison de s’inquiéter de la propagation de la grippe aviaire. Michel Biero est le premier à avouer que la situation est stressante. En 2022, il s’inquiète de savoir s’il y aura assez de canards pour tout le monde.

De plus, la disponibilité des œufs risque de poser problème. Chaque jour en France, la grippe aviaire « décime cinq à dix élevages ». Ce produit se faisant de plus en plus rare, son prix va augmenter en conséquence. Les prix de la viande de bœuf et de porc augmenteront en même temps que le coût global de la vie.

Lorsqu’il s’agit d’être un consommateur responsable, il y a deux options :

L’une des meilleures façons d’être un bon client est d’éviter de faire un mauvais usage des articles. D’autre part, de nombreuses personnes réalisent que le stockage des objets peut leur faire économiser beaucoup d’argent.

Le coût de nombreux articles devrait augmenter avec le temps. Si vous voulez maintenir votre pouvoir d’achat aussi bas que possible, il est bon d’acheter un petit extra et de le stocker correctement.

Un magasin Lidl dans le quartier de la Part-Dieu à Lyon a affiché sur sa porte l’avis suivant :

« Des problèmes d’approvisionnement affectent un certain nombre de nos articles en ce moment. Par courtoisie pour le reste de nos clients, nous vous demandons de limiter vos achats au minimum.

Les clients n’avaient le choix qu’entre un litre d’huile de tournesol, un mélange de quatre huiles différentes et de l’huile de colza, et ils devaient acheter uniquement ces articles : « trois litres d’huile de tournesol et deux litres d’huile de friture chacun, une bouteille.

Plusieurs marchandises ont été mises en attente.

Le secteur alimentaire connaît également des problèmes en ce moment. De nombreux rappels de produits ont eu lieu, concernant un large éventail de produits. De nombreuses personnes ont été blessées et deux personnes ont été tuées par des pizzas surgelées Buitoni. La situation des glaces et des chocolats Kinder contaminés à l’oxyde d’éthylène avant Pâques n’est pas meilleure.

Ce règlement s’applique également à Lidl. Retirer immédiatement un produit de la vente s’il est signalé dans le magasin. Les gâteaux aux pépites de chocolat de la marque Sondey en sont un exemple. En tant que roi de toutes les bonnes choses, ce produit devait être retiré immédiatement de ses rayons. Ces gâteaux présentaient des niveaux dangereux de diphosphate de sodium (E450). L’utilisation d’additifs n’a jamais été bénéfique à la santé humaine, de quelque manière que ce soit. Pour assurer la sécurité de ses clients, Lidl l’a reconnu et a pris les mesures appropriées.